Rechercher

Sam à l'écoute: "Pourquoi un goal?"

Dernière mise à jour : 16 sept. 2020




"Comment vas tu ?

ça va ?

Sur? allez en séance !

Qu’est ce qu’il y a? Dis moi.

Tu as mal, je le vois."


Je sais que c’est dur à exprimer que c’est dur de te confier cela te fait honte même.

Pourquoi je le sais?

Je le sais car je suis passé par là, nombre de fois, crois moi.

Je ne fais pas dans la théorie, c’est du vécu, du concret.

Des professionnels oui j’en ai vu mais, personnellement, je ne suis pas réceptif.

Je préfère m'en remettre à Dieu, car il te donne tes armes: à toi de bâtir ta vie.

Et je m’en suis remis.


Alors écoute, c’est simple, il y a deux types de douleurs:


-celles qui te laissent pantois, et qui te font perdre tes moyens

-celles qui te permettent d’évoluer dans ta vie.


Le principe réel et immuable de la vie est celui d’avancer.

Tout avance autour de nous, tout gravite que ce soit de manière positive ou négative, c’est une histoire de polarité.

Alors sers toi-en. Sers toi de cette douleur comme d'un pied d’appui, comme d'une expérience, comme d'un fer de lance pour ton évolution.

N’aie pas honte, assume les erreurs, encaisse les échecs;

Accepte cette tristesse ou colère ou mauvaise humeur, et convertis la, afin de te recentrer sur le GOAL que tu t’es fixé.


Nul n’est parfait, rien ne s’efface, tout se convertit pour avancer. pour franchir le cap et

mettre le pied à l'étrier.


"J'en ai Ras-le-bol , je suis las de ma routine, je n'ai plus d'ambition , ma relation n'avance plus ..."

Rien n’est facile, les occasions ne viennent pas gentiment frapper à ta porte en te disant "saisis-moi", et pendant ce temps ton cerveau, lui, aime l'habitude, la routine, la sécurité et la simplicité.

Nos vies familiales, sentimentales, relationnelles , amicales , professionnelles, sociales nous demandent de nous donner à 1000% , et c'est inévitable : tu ne peux pas être au four et au moulin.


Personnellement, j'ai craqué, je l'assume.


Juillet 2019.

Mon second burn-out.

Je me suis enfermé, je ne voulais ni manger, ni voir personne.

J'étais impuissant, désarmé, j'avais perdu l'envie de vivre et cet abandon était dû à un trop de ... de tout.


Je n'étais plus moi-même, le Sam fort, rieur, fier et imbus de lui même.

A ce moment précis, Sam n'était plus qu'une ombre froide, tiraillé de parts et d'autres, atteint d'une agressivité mal placé , d'une tristesse profonde et incontrôlable ...


Cet épuisement physique et psychique a été un tournant , une claque.

La remise en question ne s'est faite qu'à partir du moment où j'ai tout accepté et où je me suis dit « voilà, ici j'ai merdé ,puis là et encore ici, j'accepte»


Je ne recommencerai plus jamais car je ferai ceci ou cela de manière différente, et avec ce recul j'ai appris de mes erreurs.


J'ai décidé à ce moment de faire cette pause, de partir, changer d'air, voir d'autres têtes , m'éloigner de mes repères, de ma tanière, de mon entourage et de ma zone de confort.

Et c'est à ce moment que je me suis fixé des GOALS ( réalisables ou pas), je me suis dit je me donne une ligne directive, un leitmotiv; j'ai analysé en faisant un rétro-planning comment faire ceci ou cela, le temps nécessaire pour atteindre ( j'ai bien dit atteindre ) mon GOAL établi.


Et devine quoi, depuis, je me sens apaisé, plus serein plus accessible plus souriant moins con...

Voilà cet article, c'était spontané, je t'ai écrit ça suite à une discussion avec un de mes coachings, dis moi en commentaires si d'autres hors-séries "Conversation avec Sam" comme celui-ci te plairaient.


#SCpourlesintimes #penséedujour

129 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout